FR

Les heures d'Isabelle

La fin du XVe siècle : au sud de l’Europe, de grands changements géopolitiques se préparent. Avec la conquête de Grenade par les troupes catholiques, la Reconquista est bien réelle : la domination de la péninsule ibérique est effectivement complète. Les « Rois Catholiques » Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille mettent un point final à plusieurs siècles de pouvoir maure sur le sud de l’Europe, un mouvement entamé quelque 700 ans plus tôt en 732 par Charles Martel à Poitiers. C’est aussi sous l’impulsion de ces mêmes Reyes Católicos que le Génois Christophe Colomb a envoyé sa petite armada au-delà des eaux inexplorées de l’océan Atlantique vers « l’Inde ». Isabelle « la Catholique » (1451-1504) a reçu le manuscrit du fameux « livres d’heures » (baptisé plus tard en son honneur) en 1497 des mains de son ambassadeur Francisco de Rojas, à l’occasion du double mariage de ses enfants, l’infant Jean d’Asturies et l’infante Jeanne. Le précieux ouvrage – conçu comme un livre à utiliser pour la prière personnelle, appelé « bréviaire » chez les moines et qui était déterminant dans la division de la journée, d’où l’appellation « d’heures » – contenait non seulement des prières mais aussi beaucoup de musique. Le livres d’heures d’Isabelle de Castille proviendrait avec une grande certitude des Pays-Bas. Le prestigieux ensemble vocal italien Odhecaton, dirigé par Paolo Da Col (photo), a déjà enregistré en 2006 l’album Un Libro de Horas de Isabel la Católica et donne aujourd’hui ce programme sophistiqué dans l’atmosphère particulière de l’église des Minimes. L’ensemble convoque ainsi l’image kaléidoscopique d’une Europe en pleine transformation. Une Europe qui se trouvait alors avec un pied encore dans le Moyen-Âge et l’autre déjà dans la Renaissance.

Maxïmo Park : noyés d’info



De retour en forme, Maxïmo Park prend un virage plus électronique sur Too Much Information, un album qui n’a pas volé son titre : dur à suivre mais passionnant.

Fraipont & Bailly : Le Muret



La scénariste bruxelloise Céline Fraipont et le dessinateur d’origine algérienne Pierre Bailly forment un tandem bien huilé. Ils ont déjà réalisé ensemble la série à succès, joyeuse, légère et colorée Petit Poilu (Dupuis) destinée aux jeunes lecteurs. Le contraste avec leur dernier ouvrage, Le Muret, pourrait difficilement être plus grand.

Hors Pistes : la première piste



Pour sa nouvelle édition, le rendez-vous circassien des Halles met en avant de jeunes compagnies belges qui sortent du bois avec leur premier spectacle. Après de longs mois de préparation et de maturation, le temps est venu pour les artistes d’entrer enfin dans la lumière pour livrer le fruit de leur travail au public et aux nombreux programmateurs qui seront présents.

Late Night : valse sur les ruines de la Grèce



Les artistes grecs du Blitz Theatre Group débarquent à Bozar avec Late Night, un spectacle poétique et burlesque pour évoquer la crise qui frappe l’Europe. Une des rares créations théâtrales grecques alors que le Péloponnèse reste au bord du gouffre.

Acheter ou échanger ?



C’est la crise, mais il y a toujours moyen de se procurer de chouettes œuvres d’art contemporain, grâce à Art Truc-Troc et à l’Affordable Art Fair, deux événements qui prennent place cette année au même moment à Bruxelles. 

1+1+1=1080 : tous les chemins mènent à Molem


(© Heleen Rodiers)

L’un est suisse, l’autre est américain et le troisième est belge d’origine espagnole. Ces trois artistes aux pratiques et aux esthétiques bien distinctes entretiennent chacun un lien particulier avec Molenbeek. Beat Streuli, Peter Downsbrough et Emilio López-Menchero honorent aujourd’hui cette commune, désignée Métropole Culture 2014, en créant des œuvres spécifiquement pour La Maison des Cultures et de la Cohésion Sociale, et envahissent les différents espaces de cette ancienne école joliment reconvertie.

Jack et la mécanique du cœur



Walking the Dog collaborated on Les triplettes de Belleville and Brendan and the Secret of Kells. The Brussels-based animation studio has a nose for interesting projects. And yet, we were a bit apprehensive this time. Walking the Dog teamed up with EuropaCorp, Luc Besson’s film factory that invariably goes for the lowest common denominator.

Child’s Pose



Do not be misled by the nervous editing, the lively hand-held camera, or the many dialogue-driven scenes. This Romanian film won the Golden Bear in Berlin last year deservedly.

Kollek est de retour


(Fast Food Fast Women)

Au tournant du siècle, l’écrivain et journaliste israélien Amos Kollek s’est fait un joli nom en tant que réalisateur de films indépendants aux rôles féminins forts. Dans cette partie-ci du monde aussi, c’était un des chouchous des programmateurs de cinéma d’art et d’essai déjà fans de Godard et de Cassavetes.

21 08 14

Hoofdpunten